Faire confiance. A priori. Individuellement ou collectivement, changeons de posture !

Faire confiance. As we are. Severine PERRON. Coaching formation développement personnel. business. management

Confiance. Nous aimerions tous avoir confiance. En soi. En les autres. Dans les équipes, les projets, les organisations. En la vie. Et pourtant, quand 90% de nos décisions sont prises par peur, le manque de confiance n’est pas loin. Et quand la défiance, le contrôle, la peur sont aux commandes, créant blocages et résistances, l’innovation, l’initiative, l’esprit d’entreprendre, l’ouverture et le partage s’essoufflent. Ce sont nos rêves et nos capacités à agir, à créer, individuellement ou collectivement, qui s’asphyxient.

Au cœur de nos vies personnelles comme professionnelles, la confiance est essentielle pour oser se réinventer, changer de vie, de métier, entreprendre. Au cœur de nos organisations, la confiance est un des fondamentaux du management collaboratif, d’une intelligence collective. Alors comment créer des cercles vertueux par la confiance, ingrédient indispensable pour agir, entreprendre, créer ? Pourquoi et comment faire confiance a priori ? Dans nos vies comme dans nos entreprises.

 

Faire confiance a priori. Pas par naïveté mais par efficacité.

 

Frédéric LIPPI, entrepreneur par atavisme, évoque dans son talk TEDx « La présomption de confiance » : croire et faire confiance a priori. Pas par naïveté mais par efficacité. Entreprendre, c’est faire des choix, prendre des décisions. Prendre ses responsabilités.

Faire confiance a priori permet d’ouvrir le champ d’une prise de risque, d’initiative et de responsabilité propice à l’innovation, au partage, à l’évolution.

Pour lui, trop de contrôle tue la confiance et l’initiative. En tant qu’entrepreneur, il préfère faire confiance plutôt que d’ériger des barrières de contrôle.

Ce TEDx a fait écho en moi.

En tant qu’entrepreneure, faire confiance, oui. C’est faire confiance à la vie, aux missions qui me sont proposées, aux rencontres, aux partenariats co-créatifs et intelligents qui se nouent. Mais aussi aux aléas, aux baisses de régime ou d’activité, aux déceptions, désillusions, aux erreurs. Se remettre en question tout en gardant le cap.

Dans ma vie passée de collaboratrice, intra-preneuse, la confiance ne s’est jamais éprouvée, elle se décrêtait, par efficacité, par intuition, par nécessité tant les projets menés étaient nouveaux, hors des sentiers battus, dans leur champ comme leur process. Le contrôle a toujours été vécu comme une contrainte. Alors je ne l’imposais pas aux membres de mes équipes projet.

 "La confiance en soi est le premier secret du succès. » Ralph Waldo Emerson

Enseignante et formatrice, faire confiance, aussi. C’est faire confiance aux étudiants, à leur capacité d’apprendre en dehors des cours, et de m’apprendre pendant les cours ; à remettre en question, à être créatif, à faire preuve autant d’esprit critique que de souplesse et d’agilité. A s’auto-évaluer dans leur engagement et appropriation des apprentissages. Par efficacité aussi, et parce que l’apprentissage se renforce par l’expérimentation.

"Dis-moi, et j’oublierai. Enseigne-moi, et je me souviendrai. Implique-moi, et j’apprendrai. » Benjamin Franklin

Maman de deux enfants, c’est faire confiance à leurs capacités, à apprendre, agir, faire des choix, se tromper, expérimenter, se responsabiliser. Et apprendre dans un cadre suffisamment grand pour que la confiance nourrisse les expériences et les expériences amplifient la confiance. Nos enfants sont nos maîtres, ne l’oublions pas.

Espérance : une dimension haute de la confiance.

 

Plus vaste et plus puissante, il y cette foi en la vie. La confiance en la vie.

Celle qui se transforme en espérance, quand nous avons foi en l’avenir, en la vie, en notre destinée et gardons le cap quelque soient les difficultés. En résilience, quand nous transformons les échecs, les difficultés, les coups durs en opportunités de grandir, de changer, d’évoluer. Une croyance forte en la vie, positive, stimule l’action, dynamise, ouvre à son plein potentiel. Elle permet d’accueillir aussi les échecs, désillusions, déceptions, comme des leçons de vie, des opportunités de grandir encore.

Celle qui nous rappelle qu’au delà de notre égo-go ou force d’action indviduelle, la vie nous amène tout ce dont nous avons besoin, au moment opportun. Selon le principe des lois universelles.

Une fleur n’a pas besoin de lutter pour s’épanouir.

 

Confiance individuelle. Confiance collective.

 

Souvent confondue avec l’assurance ou l’estime de soi. La confiance se vit à l’échelle individuelle comme collective. La confiance en soi témoigne de nos capacités à agir. Elle se construit sur nos expériences. Notre capacité de résilience, d’action, d’expérimentation, basée sur le principe de responsabilité. Et retrouver ainsi son pouvoir intérieur. 

"Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres.  » Johann Wolfgang Von Goethe

La confiance collective s’inscrit dans la même dynamique et mériterait aujourd’hui de s’expérimenter plus fortement dans le champ des organisations. En effet, pourquoi nos entreprises ou nos écoles nous regardent, nous considèrent et nous traitent comme des irresponsables ? Et pourtant, quand un collectif, une équipe sportive ou d’entreprise, une classe, a confiance dans le projet commun, dans celui qui guide ou inspire, chaque acteur se sent partie prenante, s’engage, se mobilise. C’est toute l’énergie collective qui converge et prend sa pleine puissance. Avec une capacité de mise en action, de recherche de solutions, de co-création, de synergies, de transformation des obstacles en opportunités. C’est le 1+1=3. (A redécouvrir, le post sur la collaboration générative publié dans ce blog).

Dans l’entreprise, réintégrer du sens et changer de posture

 

Nos entreprises, nos organisations doivent aujourd’hui considérer ces principes de confiance, d’organisation auto-apprenante, de collaborateurs entreprenants, de responsabilité et co-créativité.

Dans son talk, Yannick LIPPI évoque deux idées que je partage complètement.

La première est celle du sens, du pourquoi, en réponse à un idéal partagé. Le sens que nous avons évoqué lors d’un précédent article "Identité et vision d’entreprise" se réexplore au sein de l’entreprise. Philippe GARDENT, coach sportif charismatique et bâtisseur d’équipe (actuel coach du PSG HandBall, titrée Championne de France en 2013, et aux ambitions européennes), également notre intervenant en  séminaire d’entreprise, rappelle  4 points essentiels  :

  • La vision partagée d’un futur souhaité et souhaitable, d’un projet commun,
  • L’identité forte, construite et alignée sur des valeurs partagées,
  • Le défi, comme moteur de l’action, permettant d’avancer, de se challenger, de se dépasser individuellement comme collectivement,
  • Le plaisir, comme vecteur de motivation intrinsèque et durable.

Seconde idée, celle d’un changement de posture. Porter notre regard sur ce qui se fait de bien tous les jours. Plutôt que ce qui pourrait se faire mieux de temps en temps. Le positif attire le positif (cf article pour cultiver son optimisme). Répétées, ancrées, ces postures deviennent fructueuses parce qu’elles libèrent les énergies, stimulent l’esprit d’entreprendre propre à chacun, entrepreneurs dirigeants ou entrepreneurs collaborateurs. Et même si certaines initiatives n’aboutissent pas, elles ne sont pas désastreuses pour l’entreprise.

 "L’optimiste est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès.  » Baden-Powell

Rappelez-vous, que c’est votre propre confiance en vous et en la vie qui va inspirer confiance dans les projets que vous portez, quelque soit leur taille, leur champ d’action, leur ambition. C’est donc cette confiance positive qui va attirer les énergies internes comme externes positives, et créer ainsi des cercles vertueux.

Alors en tant que dirigeant, manager, entrepreneur, coach, il est de notre responsabilité d’aligner notre confiance, nos croyances positives avec celle de l’entreprise, de l’équipe, du projet dans lesquels nous sommes impliqués, pour fédérer, mobiliser autour d’une vision forte et positive. Notre avenir commun en dépend.

 

Pour développer la confiance en vous, vos projets, ou développer ce principe de confiance dans vos organisations comme pilier de votre management, As We Are vous accompagne. N’hésitez pas à nous contacter par mail severine@asweare.fr ou au 06 14 74 86 64.

11 réflexions sur “Faire confiance. A priori. Individuellement ou collectivement, changeons de posture !

  1. Bel article.
    Je pense que faire confiance aux autres est aussi un signe d’humilité. C’est admettre que le "moi-je" ne peut pas tout contrôler et/ou organiser. C’est aussi un signe d’ouverture d’esprit: le "pourquoi pas" , "vas y ". C’est l’espoir d’avoir de bonnes surprises, et la récompense quand ça marche.
    Et si je peux me permettre, le fait d’avoir fait confiance renforce sa confiance en soi-même: c’est la preuve que nous avons passé un stade et vaincu certaines de nos peurs.

    1. Bonsoir et merci Sophie de commentaire,
      Je partage, de faire confiance renforce notre confiance en soi-même, et témoigne d’un certain lâcher prise empreint de sagesse et d’humilité.
      Belle soirée,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s